fermer
Il y a plusieurs langues disponibles, choisissez celle qui vous convient : EN FR
Cette étude sur l'état de santé des professionnels de la musique qui fait réfléchir
23 Janvier 2020 - Par Eva

Comment se porte l'industrie musicale en France ? Quels sont les états mental et physique des professionnels de cette industrie ? Ce sont les questions auxquelles le Guilde des Artistes de la musique (GAM) et le collectif CURA ont essayé d'apporter une réponse.


A partir d'une étude auprès de 500 personnes, hommes et femmes, issus du monde de l'industrie musicale, les deux organisations ont tenté de mettre en lumière les problèmes qui découlent de ces activités et ont organisé deux conférences à ce sujet lors du MAMA Festival en novembre dernier.

Depuis de nombreuses années, beaucoup de questions se posent, davantage depuis les récents évènements dramatiques, notamment la disparition du célèbre Dj Avicii Avicii : "Travailler dans la musique aujourd'hui amène à se poser deux questions fondamentales : comment faire pour devenir le prochain Avicii Avicii, et aussi, comment faire, pour éviter de devenir le prochain Avicii Avicii ?"


Puisque le succès s'accompagne le plus souvent aujourd'hui, d'un drame, d'une chute tragique à la suite d'une vie ponctuée d'épisodes drogues, alcools et déprimes. Cette étude démontre également le caractère contradictoire de l'industrie musicale à travers le tragique destin d'Avicii Avicii, ayant dépassé la barre des 200 millions de streams sur Spotify en 2014, avant de se suicider en 2018, après plusieurs années de dépression.

En s'attardant sur l'état de santé mental des professionnels de l'industrie musicale, cette étude met en lumière une réalité dramatique. En tout, c'est un demi millier de personnes qui ont été interrogées et environ 4 sur 5 souffrent d'anxiété et avouent se sentir déprimés. 23 % des sondés ont été diagnostiqués comme dépressifs. Ce qui est 2,5 fois supérieur à la moyenne nationale. Dès lors, ces chiffres révèlent une réalité qui semblent méconnue mais bien réelle; avec des indicateurs bien définis à savoir la précarité financière, la vie professionnelle empiétant sur la vie privée, le décalage de rythme de vie ou la pression sociale qui augmentent ces phénomènes de stress et de dépression.



On a constaté également des répercussions sur la santé physique de ses acteurs. Ainsi, l'enquête du GAM et du CURA révèle que 4 personnes sur 5 souffriraient de mauvaises habitudes alimentaires, d'un rythme de sommeil perturbé ou encore d'un manque d'exercice physique. Des signes qui interpellent et justifient les dangers du succès que certains professionnels de l'industrie musicale peuvent rencontrés.



D'autres critères peuvent altérer le physique de ces professionnels, à savoir l'alcool, les drogues et les addictions. Selon l'étude, 43 % des personnes interrogées estiment avoir un problème avec l'alcool (contre 10 % des adultes français) et près de 30 % confessent une addiction aux drogues.



De plus, un autre acteur vient compromettre le succès et le mental des professionnels de l'industrie musicale : le harcèlement. Un phénomène qui touche davantage les femmes avec 31 % qui affirment avoir été harcelées sexuellement dans le cadre de leur travail ce qui est supérieur à la moyenne nationale d'environ 20 %.



Cette étude démontre davantage les problèmes qui persistent dans cette industrie. Une ambiance oppressante et bien présente. On comprend qu'il est important de mettre en place une prévention plus poussée tout en donnant la place nécessaire à la préservation de la santé et du bien-être des artistes, ainsi que des professionnels de l'industrie musicale.

Ces deux organismes à l'origine de cette nouvelle étude, travaillent à la rédaction d'un guide pratique de prévention à destination des professionnels de la musique qui devrait voir le jour durant 2020, avec la mise en place d'ateliers à partir de ce mois de janvier.


Eva Article rédigé par Eva