fermer
Il y a plusieurs langues disponibles, choisissez celle qui vous convient : EN FR
Récap : Dj Snake réalise son rêve au Parc des Princes
13 Juin 2022 - Par Alban Sauty

C'est l'histoire d'un gamin qui se rend toutes les semaines au Parc des Princes pour soutenir son équipe de football favorite. Ce gamin a un rêve quand il voit la ferveur des matchs; lui aussi, un jour, il remplira l'arène et tout le monde scandera son nom. Aujourd'hui le gamin a bien grandi et est devenu une star internationale. Le 11 juin 2022, Dj Snake a réalisé son rêve en compagnie de ses proches mais surtout de son public. Nous y étions et vous racontons ces instants historiques.


Le cadre / La scène




Pour la première fois depuis plus de dix ans, le Parc des Princes retrouvait sa configuration concert finalement pas très différent du mode sport. A cette occasion, il accueillait une scène rectangulaire centrale d’environ six mètres de haut. Plusieurs tours d’enceintes et de lumières étaient disposées aux quatre coins de la fosse. Particulièrement hautes, par rapport à la scène en contrebas elles cachaient la vue de certains spectateurs en tribunes. Malheureusement du fait du choix d’une scène centrale et d’une affluence record, un écran au coin de la tribune Boulogne et un seul autre au coin de la tribune Paris diffusaient les images du concert.



Toutefois, le système son mis en place donnait un rendu assez satisfaisant et les effets pyrotechniques imaginés par Highscream étaient particulièrement réussis et impressionnants. Grâce à une scène rotative, Dj Snake Dj Snake pouvait faire face à chaque tribune du stade et jouer avec le public lors de « Left / Right » ou du fameux « Wall of death ». Enfin, ceux placés tout en haut des tribunes ont certainement apprécié lorsque Dj Snake Dj Snake s’est élevé à plus de dix mètres de hauteur en fin de concert pour délivrer quelques drops ciselés dans une atmosphère bouillante renforcée par les multiples flammes et lasers.

Les premières parties


Bellecour

Maillots de l’équipe de France siglés « Toto & Jojo » et casquettes à hélices sur la tête, le duo lyonnais a donné un excellent set devant un public encore un peu endormi ou en pleine digestion d’apéro. Sur un Dj booth minuscule face à la tribune présidentielle, Bellecour a régalé le public grâce à une playlist comportant de nombreuses ID dont un remix pour Destructo à sortir cet été. Entendre le Parc des Princes reprendre en chœur le drop de « Made In France (Bellecour 8.6 remix) ou esquisser quelques pas de danse sur « Los Choukarios » n’a pas de prix et démontre la force des Lyonnais. En fin de set, Tony Romera et Keeld se sont offerts un petit tour d’honneur autour de la scène avant de balancer un ballon de foot dédicacé dans le public. Bravo messieurs !



ACRAZE

On aurait bien aimé un line-up 100% français pour ce warm-up mais la venue de l’américain à Paris prenait sens de par sa proximité avec la scène française dont Habstrakt ou le crew Pardon My French. Cependant, on a été vraiment déçu de la prestation de ACRAZE qui a livré un set assez déconstruit et pas adapté au show du jour, à base de remixes de « Funky Town », « Final countdown », « I was made for lovin' you » ou encore du hit « Pepas » de Farruko. Clairement on aurait préféré un retour de Bellecour sur scène ou une inversion dans la timetable initialement prévue. Certes son titre « Do It To It » a cartonné mais au final mis à part cela et un remix de « Gimme Gimme Gimme » on retiendra surtout de son set qu’il a permis à la fosse et au stade de se remplir tranquillement.



Le public / L’ambiance


Un peu endormi lors des premières parties, le public s’est véritablement réveillé à la fin du set de ACRAZE. A l’origine de plusieurs tentatives dont des réussies d’Ola, c’est probablement de notre côté du stade que l’ambiance est progressivement montée. A coup de « William », « Dj Snake Dj Snake » ou « Ici c’est Paris », le public a répondu présent pendant tout le show donnant des airs de soirs de Ligue des Champions au Stade de France. N’en déplaise au président de la FFF, les fumigènes étaient de sortis en fosse et de nombreux supporters du PSG avaient fait le déplacement pour applaudir Dj Snake Dj Snake.



Flash de téléphones, clapping, pogos, chants et cris, les 63 000 spectateurs du Parc des Princes ont répondu présent dans une ambiance exceptionnelle. Même si quelques troubles fêtes à qui il doit certainement manquer un cerveau ont tenté de perturber le concert en fosse avec des seringues selon les témoignages de spectatrices, la communion entre le Dj et son public a été fabuleuse à tel point que Dj Snake Dj Snake est apparu très ému en fin de concert. En définitive, on a vraiment passé un bon moment et chose appréciable, les téléphones portables ont été beaucoup moins utilisés preuve que le premier concert de musique électronique de cet ampleur depuis la pandémie a su passionner la foule et reconnecter au sens propre les gens entre eux.



Côté personnalité on a aussi aperçu du beau monde avec notamment Michael Canitrot, les YouTubers Inoxtag, Michou, McFly & Carlito, Gotaga grimé en mascotte du DJ, Michel Denisot, Mouloud Achour ou encore Kungs.

Dj Snake Dj Snake


Avec une grosse intro signé Bellorum, Dj Snake Dj Snake a fait son apparition sur la scène centrale sous un magnifique coucher de soleil. Démarrant très fort avec notamment un mashup « Different Way vs Trust Nobody », il a rapidement mis le public dans sa poche avant d’accueillir le rappeur Schek Wes pour son titre « Enzo » et une partie un peu plus urbaine où on a un peu décroché.



Après avoir fait monter la température avec son nouveau titre « Disco Maghreb » et son méga-tube « Lean On », Snake a été rejoint par Malaa pour le traditionnel « Made in France ». A deux jours de son anniversaire chanté en avance par l’ensemble du public, William Grigahcine a témoigné à plusieurs reprises être en train de réaliser son rêve de gamin. A la suite d'une partie plus latino où il nous a gratifié de ses hits « Loco Contigo » ou « Taki Taki », il a été rejoint sur « Get Low » par Omar Sy comme lors de son concert au Zénith en 2016. L’acteur, supporter de l’OM, en a profité pour lancer un nouveau gimmick : « Ici, c’est Snake City » et on peut difficilement le contredire quand on regarde un peu en arrière.



Dj Snake Dj Snake est aujourd’hui un véritable ambassadeur de la capitale française. Pourtant, le DJ n’en oublie pas sa propre histoire et a rendu un magnifique hommage à sa grand-mère maternelle en invitant Cheb Khaled. Sur « Aïcha », les tribunes se sont illuminés en rouge et blanc faisant de cet instant, un moment suspendu, hors de la frénésie des puissants drops qui ont suivi comme celui du mashup « You Know You Like it vs Midnight City ».

Un invité totalement inattendu




Alors que le concert se poursuit, Dj Snake Dj Snake prend la parole pour annoncer son prochain invité. Le public est stupéfait quand il voit ni plus ni moins que David Guetta David Guetta invité à prendre les platines pour un set mêlant ses propres titres (« Titanium », « Memories », « Club Can’t handle me ») et ceux du serpent.

< « On nous a souvent opposés […] mais il y’a du respect à avoir pour cette légende qui nous a ouvert tant de portes. […] Sans David, il n’y a pas de Snake. » Dj Snake Dj Snake à propos de David Guetta David Guetta



La future-rave rugit dans le stade et l’ambiance est à son paroxysme. De notre côté on a du mal à réaliser que l’histoire s’écrit devant nous avec sur scène les deux plus grands Dj’s français en activité. Snake quitte même la scène pour laisser son aîné embarquer le public dans son univers et transformer l’arène en discothèque. Un geste totalement inattendu mais qui vient marquer un immense respect et une belle reconnaissance au n°1 du TOP100DJMAG. Certainement, le meilleur moment de la soirée qui se conclut avec un beau câlin entre les deux français.

Une dernière heure exceptionnelle et un closing mémorable


Dès la fin de ce passage qui restera dans les mémoires, on sent qu’on a passé un cap dans le concert. Des feux de Bengale sont allumés sur le toit du stade pendant que la scène s’élève. Dj Snake Dj Snake va toucher les étoiles et délivre ses sons les plus « violents » comme « Progaganda », « Quiet Storm » ou « Ocho Cinco ». En fosse c’est la guerre, le moment parfait pour lancer, malgré les recommandations de sa team, plusieurs murs de la mort sur une nouvelle ID qui envoie du bois. La pyrotechnie s’affole et après l’ambiance c’est la température qui atteint son apogée.



Après être redescendu de son piédestal, Snake poursuit sa pluie d’invités prestigieux avec Stromae. Le belge qui revient en force avec un nouvel album rappelle devoir son début de carrière à l’appui de Dj Snake Dj Snake. A la suite du mythique « Alors on danse » on découvre un remix de « L’enfer » version cyberpunk auquel on accroche directement.

Un guest en chasse un autre avec la venue exceptionnelle de Mr Hudson sur le titre préféré de notre rédacteur Alban : « Here Comes the night ». De nouveau, nous vivons un moment magique avec le stade qui s’illumine avant une version hardstyle où les lasers prennent le relais. Un spectacle marquant en tribunes comme en fosse où Florian, Charlotte et Louis en prennent plein les yeux.



Les douze coups de minuit approchent désormais et avec eux la fin du concert. « U Are My High » termine la partie trap du concert avant un closing sur « Let Me Love You » dont les paroles résonnent comme un hymne de courage et de persévérance. Particulièrement ému Dj Snake Dj Snake abrège son discours pour un « Merci » couvert par les acclamations des spectateurs qui garderont, tout comme le DJ, ce concert en mémoire ad vitam æternam.

Conclusion


Après le Zénith de Paris, Bercy et la Défense Arena, Dj Snake Dj Snake a fait vibrer 63 000 spectateurs dans son jardin du Parc des Princes. Accompagné d’invités à la renommée internationale comme Stromae ou Omar Sy, le Dj a livré un concert de plus de 2h30 devant un public ultra bouillant. Certains retiendront les effets pyrotechniques, d’autres les murs de la mort ou la communion du DJ avec ses fans. De notre côté on se souviendra à coup sûr du passage avec David Guetta David Guetta mais aussi de tous les moments d’introduction de morceaux qui nous font penser que pour une prochaine date de ce type, Snake pourrait faire appel à un orchestre symphonique pour sublimer la musicalité de ses productions.



Le 11 juin 2022 restera comme le jour où Dj Snake Dj Snake a réalisé son rêve et marqué les esprits et l’Histoire de la musique électronique en France avec un show unique. Désormais, rien ne semble pouvoir arrêter le serpent qui pourrait se lancer prochainement le défi de remplir à guichets fermés le Stade de France sur son simple nom. Du jamais vu pour un artiste de musique électronique !


Crédit Photo : Jordan Marchand - Louis D - Multyde
Alban Sauty Article rédigé par Alban Sauty