fermer
Il y a plusieurs langues disponibles, choisissez celle qui vous convient : EN FR
Interview - Thomas Pasko aka Bovalon sur la fin de sa résidence à l'Opium Club et ses projets
21 Avril 2022 - Par Olivier Brilleau

Une page se tourne à l'Opium Club de Toulouse, avec le départ prochainement de Thomas Pasko aka Bovalon après huit années de (très) bons et loyaux services en tant que résident. L'occasion pour nous de faire un bilan avec lui, évoquer ses souvenirs et projets à venir...


Tu as récemment annoncé la fin de ta résidence à l’Opium Club de Toulouse après 8 années. Pourquoi ce choix ?


Je suis arrivé à l'Opium en 2014, j'avais 24 ans, l'envie de crever le plafond ! Cette envie je l'ai toujours mais après 8 ans de bons et loyaux services au sein de "LA MAISON MÈRE", j'aspire à faire évoluer mon métier et ma manière de travailler. Les "anciens" me disent depuis des années qu'une résidence DJ dans un établissement ne dépasse généralement pas 3 ans, j'ai voulu aller plus loin, franchir les limites.

Laura et Amine (les patrons de l'Opium) m'ont donné dès le début les moyens de travailler correctement, ils m'ont fait confiance aveuglément et m'ont appris à avoir confiance en moi et en mes capacités. Ils ont fourni un travail physique et artistique qui dépasse l'entendement, j'ai rarement vu ça, au fond je crois que je n'ai pas vu le temps passer...



Chaque semaine le challenge était plus haut, plus grand. Dans le cadre de ma résidence j'ai pu me produire aux 4 coins du monde, faire énormément de rencontres, jouer dans des endroits plus dingues les uns que les autres, je souhaite à tout "jeune résident" de vivre ne serait ce que le quart de tout ce que j'ai déjà vécu. Je suis infiniment reconnaissant.

"Je pense être arrivé à la fin d'une aventure, il est temps d'en commencer une autre"

Choisir d'arrêter cette résidence à l'Opium est un crève-cœur mais je sens que le temps est venu. J'ai besoin d'être complètement maître de mon temps et de mon planning, cela me permet de me reposer un peu plus (et surtout un peu mieux), de passer plus de temps avec ma famille et mes amis, de travailler à fond en studio, de partir plus souvent sur les routes, de sillonner les établissements de l'hexagone, de repartir jouer a l'étranger. J'ai vraiment besoin de me diversifier et de casser un peu une forme de monotonie qui s'était installée. Je pense être arrivé à la fin d'une aventure, il est temps d'en commencer une autre.

On suppose que tu parles de ton projet Bovalon Bovalon, peux-tu nous en dire plus ?


Mon projet Bovalon Bovalon évolue dans le bon sens, artistiquement je me sens complètement libre de faire "ce que je veux, quand je veux", de remixer des rappeurs français (47ter), de collaborer avec des acteurs-chanteurs (Gérard Lanvin), de remixer des DJs/producteurs (Vladimir Cauchemar, Magnificence, Shapov, Saint Lanvain, Flane, ...). Je me sens libre de tout essayer et de tout proposer. Mon expérience en tant que résident m'a permis de développer une vraie forme d'éclectisme musical.



Quels sont les souvenirs les plus marquants que tu auras eu à l’Opium ?


Il y'en a tellement... les rencontres avec des DJs "légendaires" à mes yeux (Benny Benassi, Chocolate Puma, Thomas Gold, Robbie Rivera, Eddie Thoneick, Cube Guys, Michel Cleis, Roger Sanchez...), les soirées avec mon label de coeur Axtone, celles avec STMPD, Spinnin', Baron Family, les innombrables DJs et artistes rencontrés, les b2b2b2b de fin de soirée...

Les soirées Hip hop avec les showcases de MIGOS, Waka Flocka, Ace Hood, Soulja Boy... les sets de Pfel & Greem, Goldfingers, Dj Abdel, CutKiller, DJ Bens, Flowfly, Njoy, Mystykal Kut, Wiky, Whoo Kid... la rencontre avec Mister Cee et Lil Cease (Junior Mafia), respectivement producteur et cousin de Notorious BIG.

J'ai du mal à trouver les mots pour résumer les meilleurs moments, 8 ans de résidence du mercredi au samedi presque non-stop, ça en fait des soirées et des rencontres. Parfois j'ai l'impression d'avoir eu plusieurs vies en quelques années.



Reparlons un peu de toi, quels projets pour cet été ? Et après, à la rentrée ?


Depuis octobre j'ai une plus "petite" résidence au Saint des Seins place Saint Pierre à Toulouse les mercredis et les jeudis, l'établissement ferme à 2h, je m'éclate vraiment avec ce nouveau format. Il y'a une vraie proximité avec les gens et surtout un vrai sens de la fête "sans filtres" ! Le reste de la semaine je prends du temps pour moi, je prépare les déplacements, les prochaines dates, c'est récent mais à la fois très excitant de partir à l'aventure du jour au lendemain, et le calendrier se remplit vraiment bien !

Pour cet été, petite pause au Saint des Seins pour rattaquer la merveilleuse aventure qu'est celle du Poney Club, projet lancé en 2020 par Laura et Amine (Opium Club, Hope Festival...) + Guena (Vibe ArchitectsHibernation Festival, Bricks Festival). Vous pourrez m'y retrouver les mercredis, jeudis et parfois les vendredis. Il me tarde déjà de rencontrer quelques nouvelles légendes. Pour le reste je serai en déplacement les weekend sur quelques festivals + clubs. Le planning n'est pas encore bouclé, mais il me tarde déjà de commencer l'été !



"Je pense que l'avenir m'appartient et qu'il est temps de bousculer le destin"

Durant la saison estivale, petite pause côté prod, chaque chose en son temps je vais me concentrer sur les nombreuses dates et sur le renouvellement régulier de mes playlists. Je veux vivre un été d'exception, je dois m'en donner les moyens. A la rentrée, reprise du son, reprise de ma résidence Saint des Seins, et reprise des dates les weekends. Je vais aussi essayer de prendre quelques vacances et un peu de temps off... mais pour l'heure, je pense que l'avenir m'appartient et qu'il est temps de bousculer le destin.

Un dernier mot ?


JE VOUS DONNE À TOUTES ET À TOUS RENDEZ VOUS CE VENDREDI 22 AVRIL POUR MA DERNIÈRE SOIRÉE À L'OPIUM CLUB AUX CÔTÉS DE CHRIS LAKE !!!!!


Olivier Brilleau Article rédigé par Olivier Brilleau