fermer
Il y a plusieurs langues disponibles, choisissez celle qui vous convient : EN FR
Coup dur pour les clubs en Espagne !
07 Juillet 2021 - Par Johann

Décidément, l’Espagne n’est pas à la fête en ce moment. Après une dure élimination en demi-finale de l’Euro de football, voici qu’elle est également rattrapée par la crise sanitaire du COVID, entrainant des décisions lourdes d’impact en ce début de période estivale.


On avait retrouvé le sourire au début du mois de juin, en voyant les clubs rouvrir, à Ibiza comme sur le continent. On voyait la fin d’une vague de COVID, pas forcément de signe d’une autre à venir. On respirait de nouveau librement, passeport vaccinal et tests PCR négatifs à la main, et les programmes des clubs, essentiellement avec espaces en plein air, commençaient à s’annoncer…



…et puis, ce matin, on se réveille, et on est rattrapé par la réalité. Une très forte augmentation des cas d’hospitalisation, +21% en 10 jours, pour des cas de COVID, amène les autorités de Catalogne, dont fait partie la ville de Barcelone, à ordonner la fermeture des clubs, et plus largement, des lieux de divertissement, n’ayant pas d’espace ouvert. Cette décision, qui sera actée en fin de semaine, ne concerne pour le moment que cette région d’Espagne, mais il est à parier que d’autres suivront.



Les causes de tout ça ? Le variant Delta, bien évidemment, qui semble également devoir gâcher notre été, ou au plus tard notre rentrée de septembre. Mais c’est également une fête, une seule, qui semble avoir entraîné cette décision : Des centaines d’étudiants, venus de partout en Espagne, s’étaient rassemblés à Majorque pour célébrer autant la fin de l’année scolaire que la réouverture du pays. Le résultat : un cluster géant. De quoi inquiéter les autorités publiques sur la responsabilisation des clients et des professionnels du secteur de la fête, voire du tourisme en général.



On craint pour la saison désormais, à Ibiza comme sur le reste du pays, et plus largement, pour l'Europe toute entière.


Johann Article rédigé par Johann