fermer
There are several languages available, choose the one that suits you better : EN FR
Recap de Tomorrowland 2019 Week-end 2
27 Juillet 2019 - Par Olivier Brilleau

Ces 26, 27 et 28 juillet, nous sommes au week-end 2 de Tomorrowland 2019, une édition qui marque les 15 ans de l'incontournable festival. Voici notre recap, qui sera mis à jour au fur et à mesure de l'évènement.


Depuis sa toute première édition en 2005, le festival Tomorrowland est devenue une véritable machine, incontournable sur la scène mondiale. Pour se faire une idée, Tomorrowland c'est 200 000 festivaliers par week-end de plus de 200 nationalités différentes, plus de 1 000 artistes qui performent, 1 830 mètres de bars, 1 100 crash barrières, ...

Le camping Dreamville accueille, chaque week-end, 38 000 festivaliers, sur un terrain de taille de 128 terrains de foot, avec supermarché, boulangerie, boucher, coiffeur, barbecues, food trucks, etc.





Une expérience hors du commun


Le fort de Tomorrowland, c'est l'expérience. Une fois entré dans le festival on est véritablement immergé dans un univers créé de toute pièce, avec des décors et performers dans tout le festival, les détails sont partout. Concernant la gestion des flux, le nombre de stands, les espaces où chiller ou encore la diversité de la nourriture, c'est véritablement un sans faute. Tomorrowland est rodé et excelle dans ce domaine.







17 scènes !


Au niveau des scènes, c'est simple : il y en a tout simplement 17 (!) sur le festival (+1 au camping Dreamville), le tout sur l'immense domaine De Schorre à Boom, dans la province d'Anvers. Pour ceux qui ont essayé de faire toute les scènes, voici leurs noms : Freedom / Casa Corona / Rose Garden / Q-dance / The Harbour House / Rave Cave / Cage / L'Orangerie / Kara Savi / Leaf / Youphoria / Atmosphere / Core / Garden of Madness / Mainstage / Lotus / Moose Bar.













Le Public / Ambiance


S'il faut essayer de trouver un petit bémol au festival, il se trouve probablement du côté d'une partie du public, qui ne jure que par la Main stage du festival et est plus là pour « être à Tomorrowland » et montrer qu'il y est. Au fur et à mesure des dernières années ce public a pris de plus en plus de place, mais tout est relatif car vu le nombre de scènes et des genres musicaux qui sont présents, le public change énormément selon où l'on va.

On Tour Day 1 avec Olivier


Pour ce 1er jour, j'arrive au festival pour le début du set de Boris Brejcha sur la Main stage, l'occasion de découvrir en vrai cette scène spéciale 15 ans et ses nombreux détails. Un début de festival parfait avec la Techno mélodieuse de l'artiste, malgré la très forte température. Heureusement les brumisateurs géants aident à supporter.



Je poursuis ensuite par la Techno puissante d'Anna sur la très jolie scène Atmosphere, gérée par Carl Cox.



Je me calme ensuite les oreilles avec la belle performance live de Jan Blomqvist sur la scène « Core » située dans la forêt. Certainement l'une de mes scènes préférées et avec les sons mélodieux de l'artiste, c'était un régal.



Direction ensuite la scène « Lotus », issue de l'édition Tomorrowland Winter, où après une fin de set peu intéressante de Zonderling, les deux frenchies Tchami x Malaa viennent offrir une performance d'1h devant une foule très réceptive.



Je me balade ensuite dans le festival, l'occasion de voir les détails de cette édition 2019, et me restaurer également avant de prendre la direction de la scène « Freedom ». Pour info, suite à un problème d'affaissement qui a eu lieu dans la nuit, le festival a dû fermer celle-ci et annuler le très attendu show « Holosphere » d'Eric Prydz. Pour autant, les organisateurs ont su rapidement rebondir en créant une « nouvelle » scène en se servant de l'entrée de la « Freedom » et en y installant cabine DJ, lumières et pyro, pour pouvoir assurer les sets prévus.



J'assiste à la performance d'Adam Beyer & Ida Engberg puis, évidemment, d'Eric Prydz. Même si la déception de l'annulation d'« Holosphere » est présente, c'est quand même un régal d'assister à 2h du Suédois, devant un public conquis. 1h, c'est déjà la fin du Day 1, et l'arrivée de la pluie...

On Tour Day 2 avec Olivier


Ce deuxième jour de Tomorrowland sera pluvieux du début à la fin, heureusement le festival fourni gratuitement de nombreux ponchos permettant de survivre à cette météo.



Je passe un moment à rédiger la première partie de ce recap en zone presse, où en est très bien accueilli avec de nombreuses boissons à disposition gratuitement, et des repas à des tarifs très bas. C'est d'ailleurs ici que plusieurs radios ont leur studio installé pendant le festival et que les interviews ont lieu.



Je file ensuite en direction de la scène « Freedom », avec le label Axtone aux commandes. Le duo Chocolate Puma y est en train de distiller sa puissante House, parfois bien grasse, devant de nombreux fans du label vu les drapeaux et t-shirts présents. Suit ensuite Kryder, avec un bon set, alternant entre Progressive, House et avec quelques touches Techy.

J'assiste ensuite à la performance de Shapov, très attendu, qui livre un très bon set, mêlant judicieusement ses anciens et nouveaux morceaux. L'artiste, sourire aux lèvres, semble heureux d'être là, et le public Axtone le lui rend bien vu l'ambiance.



Petite pause bouffe au Média Village ensuite, avant de revenir sur la « Freedom » pour le set du boss du label, Axwell. Les nombreux fans de la Swedish House Mafia ne semblent pas tenir rigueur de « l'annulation » de la venue du trio ce dimanche vu l'accueil et l'ambiance durant le set du Suédois. Et le public n'a pas tort puisqu'Axwell offre un excellent set, loin des facilités et du « Best of » qu'il offre lorsqu'il est en duo avec Ingrosso ou en trio en SHM. A la fin du set, je suis partagé entre le plaisir de voir qu'Axwell est toujours capable de produire ce genre de performance, et la déception de voir les choix artistiques (marketing ?) pris dans d'autres circonstances...

Changement de style ensuite avec mes petits plaisirs attendus du jour : Patrice Baumel puis Joris Voorn sur la scène « Core » dans la forêt, gérée aujourd'hui par ce dernier. Tech House, Tech Mélodique, un soupçon de Progressive, deux superbes sets dans ce magnifique décor.



Vers la fin, je décide de me rendre en Main stage, pour pouvoir assister au Endshow spécial 15 ans de Tomorrowland. Sur place, DJ Snake est en train de finir son set avec ses gros tubes « Lean On », « Taki Taki », « Loco contigo », ...

Place ensuite au Endshow où performers, pyrotechnies, et autres jolis visuels sont à l'honneur pour célébrer les 15 ans du festival sur un sorte de mega mashup/bootleg avec des gros anthems. Autant le show est bien sympa visuellement, autant je suis moins convaincu par la bande son, j'avais espéré quelque chose de plus grandiose pour le coup... Bon, tout est relatif évidemment... ;-)

Quelques photos du Day 2









On Tour Day 3 avec Olivier


Déjà le 3ème et dernier jour de cette édition 2019... Ce dimanche, la presse a le droit d'accéder au festival avant l'ouverture aux festivaliers. Et c'est assez sympa de pouvoir circuler dans Tomorrowland sans toute la foule, pouvoir remarquer certains détails, s'attarder à certains endroits. 45 minutes avant l'ouverture il y a encore de nombreuses personnes et camions qui préparent le festival, et c'est assez impressionnant de voir qu'à l'ouverture tout a disparu pour laisser place uniquement à la magie du festival.



Après un passage au Media Village pour rédiger mon recap du Day 2, je prends ensuite la direction de la scène « Freedom », dédiée à ASOT, pour une agréable petite session Trancy avec d'abord Ruben De Ronde B2B Estiva, puis MaRLo, devant de nombreux fans de Trance arrivés dès le début sur cette scène, malgré la pluie.

Très beau moment ensuite à la scène « Lotus » avec l'orchestre symphonique Métropole Academy qui, pendant une heure, reprend quelques classiques de la musique électronique : « Cafe del Mar », « Sky and Sand » de Paul Kalkbrenner, « Right Here, Right Now » de Fatboy Slim ou encore « Opus » d'Eric Prydz. Initialement prévue dans la scène « Freedom » couverte, le show a dû être déplacé sur la scène « Lotus » et c'est dommage car on entend un peu (trop) la Main stage, mais c'est quand même magnifique, et la foule est venue en masse pour y assister.





C'est ensuite l'heure des fourmis, puisque je me rends à la scène gérée par Ants aujourd'hui : la très belle « Garden Of Madness ». Le duo Andhim est aux commandes et distille un bon petit set House / Tech House, parfait pour l'heure et profiter de la fin de la pluie (enfin !).



J'ai ensuite un second rendez-vous avec Eric Prydz (qui a dit que j'étais fan ?), mais cette fois-ci avec son alter ego Techno Cirez D. Le Suédois nous explose bien les oreilles avec un set tout en puissance, et cette scène « Atmosphere » s'y prête parfaitement !



Je retourne par la suite sur la scène Ants pour le set de Camelphat, qui a attiré un gros public, et personne ne s'est trompé en venant les voir avec un très bon set. J'assiste après à la moitié du set de l'excellent Andrea Oliva avant de changer de scène.



C'est le moment du closing donc direction la Main stage pour la Swedish House Mafia direction la jolie scène « Kara Savi » dédiée à PotionChris Lake livre sa puissante et énergique House devant un public conquis. 1H30 de gros son, parfait pour finir cette édition 2019 !



Bilan


Présent depuis 10 éditions à Tomorrowland, c'est malgré tout toujours un plaisir de s'y rendre : toute son organisation parfaitement huilée, son univers incroyable et sa programmation très complète en fait un must chaque année.

Vu le nombre de scènes et de genres musicaux, presque tout le monde peut se faire un programme à son goût (et ce fût mon cas), et si certains « gros noms » vous manquent, il ne faut pas hésiter à aller glisser les oreilles quelques minutes (ou quelques heures) sur des scènes où vous ne seriez pas forcément allés en voyant le line up, vous pourriez avoir de belles surprises. Pour cela, Tomorrowland est un vrai régal...


Olivier Brilleau Article rédigé par Olivier Brilleau